Témoignage de Sabrina, une danseuse reconvertie dans la nutrition | Wifisport

Témoignage de Sabrina, une danseuse reconvertie dans la nutrition

Témoignage de Sabrina, une danseuse reconvertie dans la nutrition

Wifisport, c’est aussi aller à la rencontre des sportif(ve)s en toute simplicité.
C’est ainsi que nous avons rencontré Sabrina, danseuse et créatrice de la marque natur’move.

Voici son témoignage concernant la nutrition dans le milieu de la danse:

Les danseurs sont des athlètes à part entière…mais en France ils sont avant-tout considérés comme des artistes. L’aspect nutritionnel de leur pratique est donc complètement laissé de côté, à l’inverse de ce qui peut se passer dans les pays anglo-saxons. On commence à voir apparaitre des interventions de diététiciens dans certaines écoles, notamment à l’opéra, mais je sens bien que cette problématique est quelque chose qui n’intéresse pas beaucoup la majorité des professeurs ou responsables d’écoles de danse.

Certaines études récentes ont montré que jusqu’à 82,5% des danseurs adultes pratiquant la danse classique aux Etats-Unis souffraient de troubles de l’alimentation…A ma connaissance aucune étude similaire n’a été faite en France, mais le nombre est édifiant et amène à réfléchir !

De mon expérience, les troubles alimentaires et les préoccupations physiques sont plus fréquents dans le domaine de la danse classique. Mais cela ne veut pas dire que les autres danseurs doivent être oubliés car c’est un fait : les danseurs mangent souvent mal et ont souvent peu de connaissances en ce qui concerne leur alimentation. Il faut dire que la journée typique du danseur, avec des répétitions toute la journée et des représentations le soir, ne leur rend pas la vie facile ! Il est souvent impossible de manger à heure fixe voire de trouver le temps de faire un vrai repas consistant…avant 21h le soir ! Sans compter toutes les croyances alimentaires qui circulent et qui amènent de mauvaises habitudes. Parmi les plus fréquentes : « Pour ne pas grossir ou perdre du poids, il faut supprimer les graisses de son alimentation » « Je ne mange pas de féculents pour éviter de grossir » ou encore « Je ne veux pas de gros muscles alors je ne mange pas trop de protéines »…

Les conséquences d’une alimentation déséquilibrée ou ‘insuffisante’ (par rapport aux besoins nutritionnels) se retrouvent dans des blessures plus fréquentes, des fragilités physiques (fractures de fatigues, tendinopathies,…etc). Dans le milieu de la danse classique, il n’est pas rare de voir des danseuses qui n’ont plus de règles (et qui souffrent de ce qu’on appelle la ‘triade de l’athlète féminine’). Cela peut amener à des problèmes de déminéralisation osseuse, ce qui est la source de problèmes de santés plus tard. Une bonne alimentation du danseur est donc nécessaire sur le court terme mais aussi pour le long terme : pouvoir danser bien et longtemps passe par une alimentation adaptée.

 

Pour connaitre un peu plus Sabrina, nous lui avons posé cette petite question:

tu pratiques la danse classique, qu’est ce que cela t’apporte ?

J’ai commencé la danse classique à 7ans et je n’ai jamais arrêté depuis. C’est pour moi une vraie passion et un ‘besoin vital’. C’est une activité très complète, à la fois sport et art. Étant timide, la danse m’a permis de m’exprimer différemment. Mais elle me permet également de me défouler, de garder un corps musclé et souple. On n’y pense pas forcément mais la danse classique est une activité qui allie endurance et activité ‘explosive’ avec les sauts, donc un ‘sport’ très complet !  Depuis j’ai testé d’autres danse (rock/boogie puis danses de société) pour élargir un peu mon horizon et surtout pour pouvoir danser non pus seule mais à deux J

En parallèle de la danse, j’ai commencé le yoga il y a quelques mois. Au début je me disais que ce n’était pas pour moi car je préférais me détendre en me défoulant et clairement le yoga paraissait un peu …mou. Et puis après un gros problème de stress causé par mon précédent boulot, j’ai commencé le yoga dynamique (ou Vinyasa) pour essayer de me détendre tout en bougeant. Et ça a été une véritable révélation ! j’ai essayé un yoga plus lent (hatha yoga) mais je n’ai pas du tout accroché. En fait il existe un grand nombre de types de yoga différents (et un encore plus grand nombre de professeurs de yoga !), il faut trouver celui qui nous correspond le mieux. Le yoga me permet de travailler ma souplesse (ais on peut en faire sans être souple à la base !), de me challenger en essayant des postures pas forcément évidentes (même si ce n’est censé être le but du yoga, pour moi ça joue) tout en travaillant sur la respiration et le lâcher-prise…En yoga Vinyasa je retrouve également cette idée de mouvement avec des enchainements (appelés flows) qui peuvent être assez éprouvants au niveau musculaire ! Et surtout, par rapport à la danse, c’est beaucoup plus doux pour mon (vieux) corps .

[Total : 0    Moyenne : 0/5]