Entre la dopamine et la noradrénaline, mon cœur balance ? Ou comment deux hormones peuvent impacter l’exercice physique ? | Wifisport

Entre la dopamine et la noradrénaline, mon cœur balance ? Ou comment deux hormones peuvent impacter l’exercice physique ?

Entre la dopamine et la noradrénaline, mon cœur balance ? Ou comment deux hormones peuvent impacter l’exercice physique ?

 

Dopamine et noradrénaline: deux hormones du SNC:

Les catécholamines sont des hormones synthétisées au niveau du système nerveux central : la dopamine et la noradrénaline.
Ceux sont ce que l’on appelle des neurotransmetteurs. Pour faire simple, un messager qui transporte de l’information de neurone en neurone.

Outre le fait qu’elle soit impliquée dans des maladies comme Parkinson, où son taux est déficitaire, ou encore dans la schizophrénie avec un taux en excès, la dopamine est un analeptique cardiaque.
Quèsaco, analeptique cardiaque ?
Tout simplement une substance qui stimule le fonctionnement cardiaque, notamment avec un effet sur la contractilité musculaire et sur le débit cardiaque.
Egalement, la dopamine intervient dans la sensation de désir, de plaisir et dans le mouvement.
Selon certaines études, si la baisse de la dopamine entraine un épuisement rapide du mouvement, le maintien voire son augmentation permet de prolonger la durée de l’effort. ( Krotkiewski, Gudmunsson et Coll)

La noradrénaline, quant à elle est surtout liée à la joie de vivre et à l’estime de soi.

Ces deux catécholamines agissent au niveau des métabolismes, favorisant la glycogénolyse (libération du glycogène, substrat énergétique) au niveau des muscles et du foie, un rôle sur le début de l’hydrolyse des triglycérides au niveau des adipocytes.
Au niveau musculaire, elles opèrent une action sur les fibres à contraction rapide et favorisent la croissance musculaire.

Au cours de l’exercice type course à pieds, la noradrénaline augmente de façon modérée jusqu’à 75% de la PMA (puissance maximale aérobie) pour s’accélérer ensuite. La dopamine suit la même courbe.
L’entrainement régulier entrainement une augmentation progressive de ces catécholamines jusqu’à se stabiliser au bout de 3, 4 semaines.
Cette augmentation de ces hormones va contribuer comme dit plus haut à l’adaptation cardio-vasculaire et favoriser ainsi les échanges gazeux.
L’impact sur la production hépatique du glucose et la libération des acides gras libres des adipocytes fournit les substrats nécessaires aux muscles. (Monod, Flandrois, Vandewalle)

Pour aller plus loin,

La dopamine est synthétisée par un élément nommé tyrosine. Cette tyrosine se trouve être un acide animé, composant des protéines se trouvant dans nos assiettes.
Cette fameuse tyrosine est également l’élément précurseur de la noradrénaline. Or c’est la transformation en dopamine qui précède celle de la noradrénaline. De ce fait la dopamine devient un précurseur de la noradrénaline avec l’aide du magnésium.
Un déficit de ce dernier nuit à la synthèse de la noradrénaline.

L’utilisation d’un questionnaire DNS  aide à l’évaluation du déficit en l’une ou l’autre hormone. Ainsi, cela permet de réajuster le choix des aliments et leurs prises pour contribuer à optimiser les performances.

[Total : 1    Moyenne : 5/5]